Cefar TENS en pratique Comment l'utilise-t-on ?

Allez directement au contenu :

Vidéo/Tuto

VIDÉO

Découvrez la Neurostimulation Electrique Transcutanée avec le Cefar TENS Chattanooga®

TUTORIEL

Aide d’utilisation simple et imagé dédié au Cefar TENS (Présentation de l’appareil, précautions d’utilisation, mise en charge, etc.)

Lancer le tutoriel

Démarrer une séance avec Cefar TENS

1. Connectez les électrodes aux câbles.

2. Posez les électrodes sur la peau.

3. Insérez le ou les câbles dans les connecteurs de sortie situés en bas du dispositif.

4. Appuyez sur le bouton « ON/OFF ».

5. Appuyez sur le bouton PROGRAMME « P » du canal désiré.

6. Faites varier les numéros de programme avec les flèches haut/bas du canal concerné.

7. Confirmez en appuyant sur la touche OK.

8. Démarrez la stimulation en appuyant sur la flèche Augmentation jusqu’à l’obtention du niveau de stimulation souhaité.

9. Reproduire la même procédure avec le 2eme canal si désiré.

Règles d'utilisation en stimulation Gate Control : Programme 1 (P1) / Programme 3 (P3) - Programme 7 (P7) / Programme 9 (P9) du Cefar TENS

Programmes « Gate Control »  du Cefar TENS
Numéro du programme Pathologie Sensation ressentie
P1
Tens conventionnel :
« Gate control » HF*
80 Hz – 180 μs
Douleurs neuropathiques ou nociceptives aiguës ou chroniques Fourmillement intense, continu et confortable
P3
Tens « Gate Control »
Modulé
80 Hz – 70 a 180 μs
Douleurs neuropathiques ou nociceptives , effet de massage et relaxation Fourmillement intense, en va et vient anti-accoutumance
P7
Flow Tens
80 Hz – 70 a 180 μs
Massage, relaxation pour douleurs musculaires type cervicalgies, lombalgie Fourmillement intense et confortable avec effet de
vague
P9
Tens « Gate control » HF*
100 Hz – 250 μs
Douleurs neuropathiques ou nociceptives Fourmillement intense, continu et confortable

*Stimulation Haute Fréquence.

Choix et placements des électrodes

D’une façon théorique, il est possible d’induire le phénomène du « Gate Control » qui est, rappelons le, une inhibition segmentaire de la douleur, en excitant les fibres A-bêta sur n’importe quelle partie de leur trajet. En effet, à condition que la fréquence de stimulation soit identique, le flux de potentiels d’action atteignant le relais médullaire sera identique si la stimulation a été appliquée au niveau des récepteurs métamériques, du tronc nerveux ou de la racine nerveuse.

De façon pragmatique, la stimulation métamérique est la plus simple à mettre en œuvre puisqu’il suffit de recouvrir la région douloureuse avec des électrodes autocollantes repositionnables. Il conviendra donc simplement de positionner les électrodes sur la zone douloureuse « loco-dolenti » ou sur le trajet nerveux.

Une distance n’excédant pas deux ou trois travers de doigts entre les électrodes, permet de limiter le niveau des intensités nécessaires au niveau le plus confortable.

Réglage de l’intensité

L’intensité doit être augmentée de manière progressive jusqu’à être sûr que la stimulation atteigne bien son objectif, c’est-à-dire qu’elle excite bien les fibres A-bêta (ou leurs récepteurs).

La règle consiste donc à augmenter l’intensité jusqu’à percevoir une sensation paresthésique, à savoir décrire comme un picotement, un chatouillement ou un fourmillement, puis à partir de là, d’augmenter légèrement (quelques milliampères) le niveau des intensités pour que les paresthésies électro-induites soient bien prononcées.

L’accoutumance

Ce phénomène physiologique se produit chez tous les individus, dès lors que la stimulation est réalisée avec des paramètres constants. Il consiste en une disparition progressive de la perception des paresthésies après quelques minutes de stimulation.

Pour éviter ce phénomène, il est recommandé de rehausser de quelques milliampères l’intensité de stimulation pour maintenir la perception du fourmillement par le patient ou d’utiliser un programme spécifique (P3 du Cefar TENS) faisant varier un paramètre annexe (largeur d’impulsion) procurant une sensation de va et vient sous l’électrode.

Durée et fréquence des séances

Faire deux minutes de TENS ne permet pas d’obtenir des bénéfices significatifs sur le soulagement de la douleur et n’a donc pas beaucoup de sens. Des séances d’une durée d’au moins 1H sont habituellement dispensées à reproduire selon le besoin, la sensation ou en prévision d’une activité (marche, sommeil…)

Règles d'utilisation en stimulation Endorphinique (P2/P8 du Cefar TENS)

Programmes Endorphinique du Cefar TENS
Numéro du programme Pathologie Sensation ressentie
P2
Tens burst :
2 Hz – 180 μs
Douleurs musculaires, insuffisance de résultat avec P1 ou protocole combiné Secousses musculaires, battements
P8
Tens endorphinique :
5 Hz – 180 μs
Douleurs musculaires chroniques Secousses musculaires visibles ou palpables

Choix et placement des électrodes

On a longtemps pensé que l’augmentation de la libération des endorphines était plus importante si on appliquait la stimulation sur l’un de ses sites de production, à savoir les cornes postérieures de la moelle épinière. C’est la raison pour laquelle, il est parfois recommandé de placer systématiquement, de grandes électrodes au niveau de la région dorsale, et ceci quel que soit la localisation de la douleur.

Une stimulation « loco dolenti » en particulier sur le siège de la douleur ou de la contracture musculaire est toutefois bénéfique pour profiter de l’effet vasculaire en plus de l’effet général, qui n’est pas moindre si l’on stimule les afférences périphériques qui déclenchent le mécanisme central.

Réglage de l’intensité

L’intensité doit être augmentée de manière progressive jusqu’à atteindre le seuil moteur et donc une réponse musculaire sous la forme de secousses individualisées.

C’est ce pompage musculaire qu’il faut obtenir et qui constitue donc l’objectif prioritaire pour le réglage des intensités lors d’un traitement Endorphinique.

La gestion de la montée des intensités entre les seuils sensitif et moteur peut parfois être délicate ou jugée inconfortable. Il faut alors être très progressif où associer un TENS « Gate Control » pour améliorer le confort de la séance (Cefar TENS permet de combiner deux programmes différents simultanément).

Durée et fréquence des séances

Une séance de stimulation endorphinique ne doit pas durer moins de 20 minutes (effet retard). Au-delà de 30-45 minutes de stimulation, l’amplitude des secousses musculaires commence à décroître en raison de la fatigue musculaire qui apparaît.

Deux voir trois séances quotidiennes peuvent être proposées, mais en veillant à respecter un repos  minimum d’une dizaine de minutes entre les séances.